Le festival 2013

LE FESTIVAL 2013   

16 juillet : Baroque italien / Ensemble Céladon, direction Paulin Bündgen 
25 juillet : Bach en jazz / Westalk quartet
1er août : Trio à cordesTrio Anpapié / Bach/ Mozart/ Beethoven/ Schubert 
8 août : Tango argentin / Duo Cédron/Gudino/ accompagné de P. Régnault
22 août : Piano à 4 mains / Lidija et Sanja Bizjak / Schubert, Stravinski
24 août : Récital lyrique / Ronan Nédélec, baryton et Maguelone Parigot, piano 

LES CONCERTS EN DETAILS :

TOUS LES CONCERTS COMMENCENT A 20H45 > 18€/14€.  

1 •  Mardi 16 juillet > Esquibien, église du bourg

Perfida Beltà
Baroque italien 
Passions baroques dans l’Italie du XVII
Ensemble Céladondirection Paulin Bündgen > Contre-ténor/ Soprano/ viole de gambe/ archiluth
Paulin Bündgen/ Clara Coutouly/ Nolwenn Le Guern/ Wanda Kozyra

issus du Conservatoire national supérieur musique (CNSMD) de Lyon. Empruntant son nom au héros de l’Astrée d’Honoré Urfé, l’ensemble Céladon explore avec charme et fantaisie le répertoire de la musique ancienne, cherchant à chacune de ses manifestations à réinventer la forme de ses concerts. Ses collaborations artistiques donnent naissance à des projets tels que la saison de concerts «les Rendez-vous de Musique Ancienne» à la Chapelle du Sacré-Coeur à Lyon, le disque «Funeral Teares» de John Coprario avec Les Jardins de Courtoisie ou encore le spectacle «Il était une Bergère», mis en scène par Jacques Chambon et créé en 2010 au château de la Bastie d’Urfé. Céladon est invité dans la plupart des festivals français où il est reconnu pour la qualité de son interprétation et ses rapports profondément humains avec le public. Son dernier enregistrement discographique, Deo Gratias Anglia, consacré aux chansons anglaises du XIVe siècle, est paru chez Aeon en 2012. 
http://www.ensemble-celadon.net/
Programme : Claudio Monteverdi /Girolamo Kapsberger /Girolamo Frescobaldi /Biagio Marini /Giacomo Carissimi / Vincenzo Bonizzi 

2 • Jeudi 25 juillet > Plouhinec, église du bourg
Bach en jazz
Westalk Quartet, Trompette/ sax baryton ou clarinette/ contrebasse/ batterie
Malo Mazurié (Kobe Jazz Street Award)/ Jérôme Nicolas/ Jean-Pierre Almy/
Gildas Étévenard 

 » Nombreux sont les compositeurs classiques qui ont influencés les musiciens de jazz, de par leurs mélodies et harmonies. Purcell, Mozart, Debussy, Scriabine, Ravel, Stravinski… et bien sûr Jean Sébastien Bach. Grâce à l’absence d’instrument harmonique, notre musique a un fonctionnement proche de la structure du contrepoint chère à J.S Bach. Le Festival classique Arts à la Pointe en Bretagne nous offre la possibilité de faire naître ce projet Westalk Go Bach pour l’été 2013. Le quartet inaugurera ce nouveau répertoire, jouera aussi quelques arrangements du célèbre saxophoniste Baryton Gerry Mulligan et des compositions du Quartet Westalk. »

WESTALK né début 2010 joue dans différents festivals et lieux (Opéra de Lyon, Théâtre de Caen, Festival de Bordeaux… ), où il rencontre un excellent accueil et des sollicitations toujours plus nombreuses pour de nouveaux concerts.

Malo Mazurié, jeune musicien (breton), est l’un des meilleurs trompettistes français actuels. Il se produit aussi fréquemment sur la scène internationale, Japon, Usa, Hollande… avec des musiciens tels que Rossano Sportiello, Dan Barrett, Howard Alden, Stan Laferrière, Patrick Artero…
Jérôme Nicolas est un saxophoniste/clarinettiste passionné de jazz. Ses maîtres sont Art Pepper, Stan Getz, Gerry Mulligan… Son sens de la mélodie en fait un musicien très apprécié dans le milieu professionnel.
Jean Pierre Almy, contrebassiste/compositeur. Sa passion pour la musique l’a amené à vivre de multiples rencontres en France et à l’étranger. Il a élaboré et participé à de nombreux projets avec des musiciens tels : Pierre Drevet, Claude Bolling, Alfio Origlio, Olivier Ker Orio … Son expérience a fait de lui un contrebassiste reconnu pour son ouverture et sa sensibilité.
Gildas Etévenard, batteur/compositeur, participe à de nombreuses expériences liant la musique à la danse, au théâtre, au cinéma… Akosh, Nadj, Nevchéhirlian, solo… ce qui lui permet d’avoir dans ce quartet à la fois un jeu coloré, sans oublier « le swing ou groove  » qualité indispensable des grands batteurs.
http://www.westalk.fr/


3 •
 Jeudi 1er août > Audierne, église St Raymond (au coeur de la vieille ville) 
Trio Anpapié / Violon, alto, violoncelle
> Bach/ Mozart/ Beethoven/ Schubert

Alice Piérot, violon, ( 1er violon du Concert Spirituel d’Hervé Niquet )
Fanny Pacoud, alto ( Membre du Concert Spirituel )
Elena Andreyev, violoncelle ( membre des Arts Florissants de William Christie )

Le Trio ANPAPIÉ, par choix esthétique et souci d’authenticité, joue sur des cordes en boyaux, se confronte aux compositeurs et aux oeuvres, du moment de leur écriture aux regards successifs qui les ont menées jusqu’au XXIe siècle, l’apprentissage et le jouer par coeur des partitions, sont autant de sentiers qu’emprunte ANPAPIÉ pour concerter.
Alice Piérot, violon
Alice Piérot met l’essentiel de son énergie rayonnante au service de la musique. Lauréate de 2 concours internationaux de musique de chambre, Alice Piérot s’oriente vers la musique baroque : d’abord Violon-solo des Musiciens du Louvre puis du Concert Spirituel depuis 2004, elle se produit dans les plus belles salles du monde. Invitée régulière de l’ensemble Amarillis, elle est co-fondatrice des Veilleurs de nuit et du Trio anpapié. Fille de la campagne et bâtisseuse, elle crée La Courroie, ancienne usine proche d’Avignon, transformée en vaste utopie musicale, accueillant concerts et résidences, créations et enregistrements.
Fanny Paccoud, alto
Talents et curiosités font de Fanny Paccoud une musicienne aux multiples facettes ; elle joue avec le même bonheur le violon et l’alto au sein des ensembles baroques Amarillis, Orfeo 55 et Le Concert Spirituel. Elle improvise aux côtés de Michel Godard, Famoudou Don Moyé ou Jean-Marc Montera. Mais c’est à la musique de chambre qu’elle voue sa plus grande passion : avec l’ensemble Reflex, le Trio anpapié ou en duo avec le pianiste Michel Gaechter… , elle explore avec la même aisance et la même ferveur, des confins de Monteverdi à Schoenberg, de Mozart à Aperghis.
Elena Andreyev, violoncelle
Elena Andreyev a étudié en France, en Russie, puis s’est perfectionnée auprès de Robert Cohen et de Christophe Coin. Son parcours tissé de rencontres, de curiosités, d’appétits de toutes sortes lui a permis de développer un art à la croisée de bien des chemins : l’opéra baroque (les Arts Florissants), la musique improvisée (Fred Frith, Antonin-Tri Hoang), la musique de chambre, le théâtre musical et la création d’oeuvres contemporaines, ensemble s:i.c., Aperghis, Pesson. Elle collabore avec de nombreux compositeurs, (Sextuor, Commentaires et Entre Chien et Loup de Georges Aperghis, Forever Valley de Gérard Pesson) et s’intéresse à des formes expérimentales, avec le groupe Wandelweiser de Berlin, Giovanna Marini La Bague Magique ou Fred Frith Landing, Setaccio. Elle est dédicataire de pièces pour violoncelle seul de Georges Aperghis et de Gérard Pesson.
http://www.trioanpapie.org/
Programme pour le Festival Arts à la Pointe :
Beethoven : op. 3 en Mi bémol Majeur
Schubert : Mouvement en Si bémol Majeur D.471Beethoven : Op.9 n°2 en Ré Majeur

 


4 • Jeudi 8 août > Esquibien, théâtre Madec
Tango argentin, bandonéon/ piano/ contrebasse
Duo Manuel Cedron/ Gonzalo Gudino accompagné de Philémon Régnault

Manuel Cedron, initié au bandonéon par Cesar Stroscio (bandonéoniste et co-fondateur du Cuarteto Cedron ) et par Dino Saluzzi, qui chacun dans leurs styles lui ont transmis de leur poésie et de leur musicalité, a joué 6 ans au sein du célèbre Cuarteto Cedron et dans l’orchestre de tango « La Tipica » dirigé par son oncle Juan Cedron (chanteur et guitariste du Cuarteto Cedron ) avec lequel il apprit les fondamentaux du langage de tango et du folklore argentin. 

Gonzalo Gudino, compositeur et pianiste exceptionnel d’origine argentine et brésilienne, traverse avec talent un large éventail de styles musicaux : jazz, musique brésilienne, tango fusion, folklore latino-américain, musique expérimentale et musique classique. Une interprétation unique d’une grande maîtrise et qui fait place à l’improvisation. Il intègre en 2001 «l’Orquestre Tipique» de Ricardo Ojeda, accompagné de quatre violons du Philarmonique du Théâtre Colon de Buenos Aires. En 2004, arrive en finale du plus important concours de composition folklorique au niveau latino-américain : Musicanto (Brésil).

 

5 • Jeudi 22 août > Cléden-Cap-Sizun, chapelle St They à la Pointe du Van 
Piano à quatre mains Lidija et Sanja Bizjak 
> Schubert – Grand Duo /Stravinski – Le Sacre du Printemps
(« L’éternel Printemps du Sacre, célébré par le tandem Bizjak et on en reste KO », Gilles Macassar ffff Télérama / « Pas la moindre comédie, une finesse et une délicatesse à couper le souffle. » Damian Thompson – The Telegraph )

Le Duo Bizjak, l’un des plus brillants de la scène européenne et à présent internationale, est lauréat du Concours Avant-Scènes 2004 au Conservatoire de Paris et des 2 prix spéciaux au Concours International de Musique de l’ARD en 2005.   Originaires de Belgrade, Lidija et Sanja Bizjak sont toutes deux formées par Zlata Males, avant d’entrer au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris dans la classe de Jacques Rouvier. Depuis 2002, date de création de leur duo lors d’un concert à la Philharmonie de Belgrade, elles se produisent avec l’Orchestre National de France, l’orchestre du Capitole de Toulouse, le Sinfonia Varsovia, le Britten Sinfonia, l’Orchestre de chambre Pelleas, l’Orchestre de Picardie ; à Radio France, à la Cité de la Musique, au Musée d’Orsay, à la Salle Gaveau, au théâtre Mogador et sont invitées au Festival La Roque d’Antheron, au Royal Albert Hall de Londres dans le cadre des BBC Promsen 2009, à la Folle Journée de Nantes et de Tokyo, au Palazetto Bru‐Zane à Venise, à Nohant, Sully, Auvers‐Sur‐Oise, au Festival international de musique de Belgrade BEMU Satravers l’Europe et au Japon. http://www.bizjakpiano.com

6 • Samedi 24 août > Plozévet, église du bourg 

Récital lyrique 
Ronan Nédélec / Maguelone Parigot > Baryton, piano > Vaughan Williams, Ravel, Ibert 

Baryton basse, Ronan Nédélec étudie le chant au CNSM de Paris dans les classes de Rachel Yakar et Peggy Bouveret et obtient son diplôme en 2000. Il se perfectionne auprès de Ruben Lifschitz pour le Lied et la mélodie.Il se produit alors rapidement sur scène, notamment dans Samson (Haendel) au Festival d’Ambronay, puis dans des oeuvres telles que Don Giovanni, La Flûte enchantée, Carmen, Les Brigands (Offenbach), Werther, Faust, Madame Butterfly, La Bohême ou L’enfant et les sortilèges dans les opéras de Rennes, Lille, Montpellier, l’Opéra-Comique et le Théâtre des Champs-Elysées à Paris, le Festival Radio-France… Il est invité dans de nombreux festivals en France et à l’étranger, et compte plusieurs enregistrements. En 2002, il est le Garde-chasse dans La petite renarde rusée (Janacek) au Festival d’Aix-en-Provence, où il est de nouveau convié, ainsi qu’à Luxembourg et Vienne, pour Les tréteaux de Maître Pierre (Falla) et Renard (Stravinski) avec Pierre Boulez et Klaus Michael Grüber. Il crée ensuite le rôle-titre du Luthier de Venise de Gualtiero Dazzi au Théâtre du Châtelet et chante Zurga dans Les Pêcheurs de perles à Tours. 
On peut l’entendre sur scène et en concert dans un très vaste répertoire sous la direction de chefs renommés comme John Nelson, Jean-Claude Casadesus, Alain Altinoglu, Jean-Yves Ossonce, Mikko Franck, Susanna Mälkki, Ton Koopman, Hervé Niquet, Gérard Lesne, Reinhard Goebel, Christopher Hogwood… Plus récemment, il s’est produit dans Otello (Verdi) à Reims, Neues vom Tage (Hindemith) à Dijon, Le Téléphone/Amelia al ballo (Menotti), Dialogues des Carmélites, Tosca, Fidelio et Faust à Tours. Ronan Nédélec s’est produit à la Scala de Milan dans Roméo et Juliette avec Yannick Nézet-Séguin et Bartlett Sher. 
Parmi ses projets, citons Orfeo (Apollon) de Monteverdi à Versailles, et Fairy Queen de Purcell à Lyon avec Sébastien d’Hérin et « Les Nouveaux Caractères », la Bohème à Tours…  

Maguelone Parigot

  Après avoir débuté ses études pianistiques au conservatoire d’Orléans dont elle sort diplômée d’un Premier Prix à l’unanimité, Maguelone Parigot entre au CNSM de Lyon où elle suit l’enseignement de Pierre Pontier ; elle y obtient le DNESM Mention bien. À la faveur d’une rencontre et d’un travail régulier avec Thérèse Cochet, chef de chant de l’Opéra de Paris, elle choisit d’orienter son parcours musical vers le domaine lyrique. 
Elle poursuit sa formation au CNSM de Paris, dans la classe d’Anne Grappotte, obtient un premier prix d’accompagnement vocal, travaille la direction de chant avec Serge Zapolsky et approfondit l’interprétation du Lied et de la mélodie auprès de Ruben Lifschitz.

Parallèlement, elle accompagne au CNSMDP la classe de violon d’Olivier Charlier ainsi que la classe de chant d’Isabelle Guillaud, où elle est également professeur de musique de chambre Chanteurs et d’accompagnement vocal.
Elle se produit régulièrement à Paris et en Province, au Festival « Jeunes Solistes » à Bordeaux, au Festival de Radio France à Montpellier…
Elle a été à plusieurs reprises l’invité de l’émission « Scène Ouverte » de France Musique.

N’hésitez pas à nous contacter pour toute question ou à consulter la page pratique du site.