Circuit d’art 2013

2013 : Ce geste

« La pensée de la peinture, c’est le sens qui s’ouvre
dans un certain geste
de traits et de couleurs »
Jean-Luc Nancy Philosophe

Ce geste qui change la nature des choses par une trace laissée dans la matière, c’est celui qui fonde les arts plastiques.
L’outil peut être aussi rudimentaire que le crayon ou aussi sophistiquée et abstrait qu’un codage numérique et la substance concrète ou virtuelle, l’idée demeure d’un sentiment, d’une pensée, d’une émotion qui s’incarnent dans la matière par le truchement d’un geste.
Le geste artistique c’est le moment où l’esprit prend corps, c’est lui qui confère à l’évanescence de l’idée et de la sensation le privilège d’une apparence. Rien de tangible sans le geste. En offrant au sens et aux sens le corps de la matière, le geste les modèle, il leur imprime des vertus physiques : force et fragilité mais aussi une texture, une structure, des dimensions ; il leur octroie la réalité d’une forme à partir de laquelle nous les reconsidérons.
Du maître calligraphe dont le geste est vénéré depuis la nuit des temps aux transes de Jackson Pollock et de l’action-painting, de la précision millimétrée du burin d’Albrecht Dürer sur la plaque de cuivre aux dessins lumineux dont la pellicule d’Henri Goerges Clouzot saisi la vivacité dans Le mystère Picasso , le geste et sa trace font l’histoire de l’art. Qu’il soit restitué dans sa brutalité nue par l’abstraction lyrique jusqu’à se confondre avec la raison d’être de l’œuvre ou qu’il sorte du champ pour devenir performance, le geste apporte plus qu’une traduction à l’émotion, il est son langage et l’œuvre son écriture au vocabulaire infini que tous comprennent et qu’inventent les artistes.
Des actes qui manifestent une pensée, une prise de position, qui traduisent une décision se désignent du même mot : geste architectural ou geste politique, voire geste médical.  Faire un geste  c’est traduire une volonté en acte, on parle d’« un geste fort », d’« un geste pour la paix », pour la planète …
Le propos n’est pas de faire ici l’inventaire du geste et de ses états dans les arts plastiques ni même d’en donner une illustration édifiante dans les pratiques contemporaines.
 Il s’agit  d’inciter le regard et l’esprit à prendre en compte ce que les œuvres doivent au geste dans leurs problématiques plastiques ou conceptuelles (puisque « gestation » il y eut). Sans autre ambition que d’ honorer cette signature du vivant qu’est le geste et de saluer les voies qu’il ouvre à la pensée quand il se déploie avec une ambition créatrice.

Direction artistique Arts à la Pointe,
Yvain Bornibus


PLOZÉVET

PLOUHINEC

AUDIERNE

CLÉDEN-CAP-SIZUN

  • CHAPELLE SAINT TRÉMEUR
  • Daniel RENAULT Peintre

    PLOGOFF

BEUZEC-CAP-SIZUN