Appel à projet 2019

LE TEMPS QU’IL FAUT

Au delà de l’allusion à une question qui préoccupe traditionnellement notre petit territoire Breton : le temps qu’il fait, la mesure de celui qui passe est tout aussi universelle.
Après « Le dur désir de Durer », abordé en 2014, l’édition 2019 d’Arts à la Pointe ouvre un nouveau cycle en portant son attention sur les modalités de représentation du temps qui sont à l’œuvre aujourd’hui dans les arts plastiques.
Tandis que peinture, sculpture, arts graphiques et photographie se caractérisaient par leur immuable stabilité dans l’espace et leur permanence dans le temps,—que certaines œuvres, relevant de ces disciplines, continuent de traverser le temps avec la même impassibilité, s’alourdissant de chaque seconde d’histoire et des regards qui s’accumulent sur elles— voilà que l’époque est plus que jamais celle du mouvement et, donc implicitement, d’un rapport inédit au temps.
À l’heure où la vidéo, les installations dans lesquelles on se déplace, les performances qui se déploient dans un espace temporel, les outils numériques instantanés…  perturbent nos repères esthétiques, qu’advient-il du temps de faire, du temps de contempler, du temps de produire son effet et de celui qu’il faut pour l’assimiler, subjuguer, surprendre… mesurer, ralentir, arrêter le temps, en changer la perception.
Quiconque persiste à s’interroger sur notre condition dans le monde d’aujourd’hui croisera ces questions et les œuvres sont peut-être plus que jamais des outils pour les poser dans leur complexité et —qui sait?— fournir quelques éléments de réponse, provisoires.
Pour Arts à la Pointe
le coordinateur